a-bientot-para-la-vida

A bientôt Para la Vida, paru aux Editions Thot, c'est l'histoire de Jacques Vialat, écrivain public de son état, qui recueille les mémoires de Paco. Aujourd'hui très âgé, il a participé à la guerre civile qui déchira l'Espagne en 1936. Il s'est engagé par amour pour Ana, qu'il n'aura cesse de chercher. Sur ce chemin tourmenté, il va faire des rencontres qui vont changer sa vie à jamais. Mais est-ce seulement une histoire de romantisme sur fond de canons et de baïonnettes ? Que nous dit vraiment Vialat à travers cet étonnant récit qui oscille entre passé et présent, entre France et Espagne?

 

L'amour au temps du Franquisme.

A bientôt Para la Vida, un titre bilingue , à l'image du roman qui nous fait voyager entre l'Espagne et la France, deux pays à la fois intimement liés et séparés par une chaîne de montagnes . Un symbole aussi de l'amitié entre Paco, l'Espagnol, Henri, le pilote français. Et, bien entendu, une image très romantique  car c'est avec ces mots qu'Ana signe les billets que Paco ne se lasse pas de lire. Alors si le titre peu sembler dissonant de prime abord, il se charge de sens et de profondeur à mesure que la lecture avance.

 

Voyage, voyage 

Le roman de Vialat nous fait aussi voyager dans le temps : Celui de la relecture de la biographie de Paco, celui du récit lui-même et le présent de l'écrivain public. Ces aller-retours sont été plutôt déstabilisants au début. Ils laissent une impression d'un texte bancal, dont la base est mal établie. Passée cela, je me suis laissée transportée par la vie d'un jeune homme passionnée, amoureux de la vie et qui va trouver sa voie et un sens à sa vie au gré de ses amitiés, et des ses rencontres. L'histoire d'amitié qu'il vit avec Henri est particulièrement inspirante - peut-être même plus que son histoire d'amour avec Ana Del Castillo. L'écriture élégante de Vialat est alors rassurante et stable.

 

Le destin de Paco et Ana est palpitant. Les enjeux politiques, historiques et amoureux y sont peints avec délicatesse et intelligence, sans exagération. A Bientôt para la Vida se lit facilement, grâce au style limpide et simple de l'auteur, qui découpe son texte en petits chapitres chargés d'un suspense léger mais qui nous pousse chaque fois vers les pages suivantes.

Jusqu'à la fin où le style semble à nouveau claudiquer. La crise d'identité de l'écrivain public fait un peu retomber les émotions et j'ai terminé le livre moins vite que je n'aurais cru.

Pour conclure : Au- delà du récit de guerre, A bientôt para la Vida raconte l'amour, mais surtout l'amitié, la folie et comment les épreuves difficiles vont façonner une pensée et donner au protagoniste une chance de trouver sa place dans la société.

Une citation à retenir (compliqué de choisir tant A bientôt Para la Vida en regorge) : "La peur est une ancre lourde qui garde notre bateau à son attache, elle influence nos choix de vie en nous invitant à rester au port, quand soufflent des vents inconnus dans les voiles du voyage."

En Bref : 16/20. Dommage pour le tout début et la toute fin. Le reste est parfait !